View my page on Freemen
Derniers sujets
» LES PESEES ACTIVES S'ETEIGNENT
par Admin Dim 17 Mai - 20:17

» GOODBYE MISTER BUSH
par jeffe Mer 5 Nov - 11:47

» de passage
par jeffe Mar 4 Nov - 19:27

» Discours d'Yves Cochet à l'Assemblée Nationale
par jeffe Lun 20 Oct - 9:03

» Fin du Plan maladies rares
par jeffe Mar 14 Oct - 12:47

» Les bourses européennes plongent
par jeffe Sam 11 Oct - 9:08

» AU BORD DU GOUFFRE
par loïs Ven 10 Oct - 22:06

» Trois fous se disputant le monde…
par jeffe Ven 26 Sep - 11:38

» Nicolas Sarkozy, Thierry Meyssan et la CIA
par loïs Mar 19 Aoû - 8:25

» Croissance négative de -0,2% au deuxième trimestre dans la zone euro
par jeffe Ven 15 Aoû - 10:56

PROMOTION DU FORUM
booterForum: votez pour ce site

www.meilleurduweb.com : Votez pour ce site.
HEBERGEMENT DE FICHIERS
Hébergement de fichiers

Hébergement d'Images
partenaires et amis
Réseau de Blog FreeWOmen

Forum Expression Libre

Blog de Pierre JC Allard

Blog de Bettina

Site consacré à l'esprit libertaire

Flux RSS
Pour vous abonner au flux RSS des Pensées Actives, cliquez sur ce logo.

Flx RSS
Flux RSS Suivis
Visit the Widget Gallery
Mots-clés


APPEL AUX DONS par KOKOPELLI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

APPEL AUX DONS par KOKOPELLI

Message  jeffe le Mer 7 Mai - 17:05

Le gouvernement sème les audiences,
KOKOPELLI récolte les amendes


D
es milliers de messages de soutien, de protestation, de révolte, souvent excédés, sont autant de réconfort et de baume au cœur pour l’association KOKOPELLI.
Dans l’immense majorité de vos propositions, la demande d’un numéro de compte pour une aide financière apparait. Bien que celle-ci soit nécessaire et bienvenue, nous sommes bien obligés de reconnaître que ces amendes (amères) sont du racket à l’état pur :
« Pénaliser plus, pour renflouer plus »

Dans un premier procès, nous devons débourser dix huit mille euros pour l’Etat Français et cinq mille euros pour la Fédération des Industriels de la Semence, pour lesquels, nous ne pouvons plus faire appel, car c’est un jugement de cassation. Mais promis juré, ils ne seront pas affectés à l’agriculture industrielle, ni aux OGM.
Dans un autre procès, nous devons débourser pour le marchand de graines Baumaux, douze mille euros (mais nous pouvons faire appel). Au total, les actions menées contre KOKOPELLI nous coûtent près de quatre vingt huit mille euros, en deux ans, honoraires d’avocats et frais annexes compris.
Votre aide ne peut donc se justifier que si elle est la dernière. La loi peut évoluer. L’Etat Français doit mettre en adéquation ses déclarations du Grenelle de l’environnement et ses actes (de toute évidence, le ridicule ne tue pas).

Des courriers au ministère de l’agriculture, de l’environnement (et du développement durable !!!), aux médias, sont sans doute une solution pour faire évoluer la législation. Il faut remédier à la cause du mal, de façon à ne plus être considérés comme une vache à lait, pouvant être traite à loisir, en fonction de l’application de lois mettant en péril la souveraineté alimentaire.

Voici donc les renseignements qui vous permettront, par l’intermédiaire des pénalités infligées à KOKOPELLI de contribuer à l’accroissement du
pouvoir d’achat de l’Etat.
Si vous avez la possibilité de nous soutenir, vous pouvez envoyer vos dons différenciés (des commandes et des adhésions), à l’ordre de « libreseme Kokopelli», à l’adresse suivante, ou directement par internet, ci-dessous :




Dernière édition par jeffe le Jeu 8 Mai - 7:18, édité 2 fois
avatar
jeffe

Messages : 581
Date d'inscription : 16/03/2008
Age : 59

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

KOKOPELLI : biodiversité, la fin des illusions

Message  jeffe le Mer 7 Mai - 17:16

KOKOPELLI : biodiversité, la fin des illusions


Les verdicts sont tombés : l’association Kokopelli est lourdement condamnée :

  • 12.000€ pour le grainetier Baumaux
  • 23.000€ pour l’état et la fédération des industriels de la semence (FNPSPF).
Il faut être réaliste : les semences que défend l’association Kokopelli, étant maintenues dans l’illégalité par une volonté politique, nous ne pouvions pas gagner ces procès.

Malgré les directives européennes, les avis de l’ONU, du Sénat, de scientifiques, d’agronomes affirmant l’urgence de sauvegarder la biodiversité végétale alimentaire, l’état français refuse de libérer l’accès aux semences anciennes pour tout un chacun.
C’est ce qui permet aujourd’hui aux magistrats d’infliger ces lourdes peines à l’association Kokopelli.

Dans le cas du procès de la SAS Baumaux pour concurrence déloyale, M. Baumaux verra donc son bénéfice de 800.000€ augmenté de 10.000€ et recevra 2.000€ pour ses frais.

L’état français recevra 17.500€ au motif que KOKOPELLI vend des semences illégales, 5.000€ seront consacrés aux frais et à
l’information du bon peuple sur les pratiques dangereuses de l’association KOKOPELLI. Les semences qui ont nourri nos grands-parents et qui servent à nous nourrir aujourd’hui par le jeux des croisements, sont donc devenues illégales et dangereuses.

Nous avons eu droit au grenelle de l’environnement : il faut sauver la biodiversité !alors pourquoi condamner une association qui sauvegarde avec ses adhérents et ses sympathisants, plus de 2500 variétés en risque de disparition ? Pourquoi condamner ces semences dont la FAO reconnaît qu’elles sont une des solutions pour assurer la souveraineté alimentaire, face aux dérèglements climatiques et à l’augmentation de la population mondiale ? Pourquoi les mêmes variétés, selon qu’elles sont vendues par KOKOPELLI ou d’autres opérateurs entraînent condamnation ou mansuétude ? Pourquoi les grandes surfaces vendent des
fruits et légumes issus des variétés interdites à KOKOPELLI, en toute impunité (en tout cas à notre connaissance).

Les condamnations infligées à KOKOPELLI ne sont donc pas à chercher dans la nature des semences que protège l’association, mais dans ses actions.

L’association propose aux jardiniers, aux paysans, d’être autonomes et responsables, face au vivant. Dans notre société du tout marchandise, c’est intolérable. Le plus grand grief (sous jacent) fait aux semences anciennes ou de pays, est d’être reproductibles et qui plus est adaptables à de très nombreuses conditions de cultures, sans le soutien de l’agro chimie.
Voilà la faute de KOKOPELLI : conserver le levain des savoirs populaires, agronomiques et génétiques.
A l’heure où l’on veut nous faire croire que le tout hybride, OGM, chimique, énergie fossile, sont les seules possibilités d’assurer notre alimentation, propager l’autonomie semencière par l’exemple est devenu répréhensible. Ce qu’il faut retenir de ces condamnations, c’est la volonté affichée d ‘éradiquer les alternatives techniques et semencières autonomes.

Depuis 15 ans, KOKOPELLI protège la diversité de nos jardins, de nos champs, de nos assiettes, tout en essayant de faire évoluer le cadre juridique vers une reconnaissance de la valeur agronomique et culturelle des variétés reproductibles : L’ETAT FRANÇAIS NOUS A FAIT ECHOUER.
Aujourd’hui, la disparition potentielle de KOKOPELLI ouvre un boulevard à l’uniformisation culturelle et productiviste agricole.
La disparition de la « vraie » biodiversité basée sur la variabilité génétique d’une multitude de variétés locales ne sera jamais, et de très loin, compensée par la multiplicité de quelques variétés clonées.
Il est intéressant de noter la similitude des actions et de la répression envers les faucheurs volontaires, les amis de l’ortie, les défenseurs de l’herboristerie et KOKOPELLI :
chacun cherche à sa façon, à protéger et promouvoir la vie et la continuité des savoirs. Pour notre gouvernement, tout cela est devenu répréhensible ! Face à ses contradictions, entre ses déclarations enflammées du Grenelle de l’Environnement et les condamnations qu’il obtient contre les défenseurs de la biodiversité, gageons que l’état français mettra un point d’honneur à prendre en réelle considération le devenir des générations futures.

L’association KOKOPELLI a toujours proposé la résistance fertile non violente et le dialogue, peut-être étions-nous trop en avance ? Mais maintenant, sauver la biodiversité est d’une extrême urgence. Si l’agriculture productiviste que protége le gouvernement se trompe, vous
trompe, nous trompe, quelle stratégie de repli aurons-nous ? Si nos élus ont contribué à éradiquer notre patrimoine semencier alimentaire ?

La solution est dans votre camp, mesdames et messieurs nos gouvernants. Une fois, vous avez pu revendiquer « responsables, mais pas coupables ». Devant la faim du peuple, cet argument ne tient pas.
N’obscurcissez pas l’avenir, il l’est déjà suffisamment.




Mais peut-être faut-il lancer un appel : aux semences, citoyens !


Raoul JACQUIN
_________________________________________________________________________________________________________
Source: www.kokopelli.asso.fr
avatar
jeffe

Messages : 581
Date d'inscription : 16/03/2008
Age : 59

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum