View my page on Freemen
Derniers sujets
» LES PESEES ACTIVES S'ETEIGNENT
par Admin Dim 17 Mai - 20:17

» GOODBYE MISTER BUSH
par jeffe Mer 5 Nov - 11:47

» de passage
par jeffe Mar 4 Nov - 19:27

» Discours d'Yves Cochet à l'Assemblée Nationale
par jeffe Lun 20 Oct - 9:03

» Fin du Plan maladies rares
par jeffe Mar 14 Oct - 12:47

» Les bourses européennes plongent
par jeffe Sam 11 Oct - 9:08

» AU BORD DU GOUFFRE
par loïs Ven 10 Oct - 22:06

» Trois fous se disputant le monde…
par jeffe Ven 26 Sep - 11:38

» Nicolas Sarkozy, Thierry Meyssan et la CIA
par loïs Mar 19 Aoû - 8:25

» Croissance négative de -0,2% au deuxième trimestre dans la zone euro
par jeffe Ven 15 Aoû - 10:56

PROMOTION DU FORUM
booterForum: votez pour ce site

www.meilleurduweb.com : Votez pour ce site.
HEBERGEMENT DE FICHIERS
Hébergement de fichiers

Hébergement d'Images
partenaires et amis
Réseau de Blog FreeWOmen

Forum Expression Libre

Blog de Pierre JC Allard

Blog de Bettina

Site consacré à l'esprit libertaire

Flux RSS
Pour vous abonner au flux RSS des Pensées Actives, cliquez sur ce logo.

Flx RSS
Flux RSS Suivis
Visit the Widget Gallery
Mots-clés


Alerte nucléaire européenne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Alerte nucléaire européenne

Message  jeffe le Jeu 5 Juin - 14:18

LJUBLJANA (AFP) — La Commission européenne a déclenché mercredi le système d'alerte européen sur les risques radioactifs après un incident survenu dans une centrale nucléaire en Slovénie, à Krsko, qui a nécessité la mise à l'arrêt complet du site.

Selon une porte-parole de la centrale, Ida Novak, la panne concerne "une fuite de liquide sur le circuit de refroidissement primaire". Aucune incidence sur l'environnement n'a été détectée dans cet établissement situé à une centaine de kilomètres au sud de la capitale, Ljubljana, a-t-elle ajouté.

La direction a précisé que la centrale avait été arrêtée "à titre préventif pour quelques heures afin de permettre au personnel d'établir les causes de la panne et de la réparer". "Un arrêt d'urgence n'a pas été nécessaire", a souligné l'exploitant slovéno-croate NEK.

Toutefois, interrogée par l'AFP, Ida Novak a reconnu que la direction ne pouvait "pas prévoir pour combien de temps la centrale serait fermée". "Nous devons d'abord localiser la fuite et ensuite déterminer selon quelle procédure la réparer", a-t-elle détaillé.

Le système d'urgence européen d'information sur la radioactivité ECURIE a reçu à 15H38 GMT un message d'alerte de la Slovénie après la détection d'une fuite dans le système de refroidissement de la centrale, a indiqué la Commission dans un communiqué. L'information a ensuite été communiquée à tous les états membres.

La centrale a décidé de mettre progressivement à l'arrêt le réacteur, d'une puissance de 696 mégawatts (MW). Celui-ci était à l'arrêt complet vers 19H00 GMT et la situation était "sous contrôle", a indiqué la Commission européenne en citant des sources officielles slovènes.

Dans un communiqué, l'Agence internationale pour l'énergie atomique (AIEA), dont le siège est à Vienne, indique qu'elle a été alertée à 16H20 GMT par l'Agence slovénienne de sécurité nucléaire (SNSA) sur "un évènement inhabituel" à la centrale nucléaire de Krsko. Dans l'échelle d'alerte de la SNSA, "un évènement inhabituel" est le plus bas de ses quatre niveaux d'alerte.

Selon la SNSA, les techniciens de la centrale de Krsko ont détecté à 13H07 GMT "une fuite dans le système de refroidissement du réacteur et l'ont alors mis hors service à l'aide d'une procédure manuelle". Toujours d'après les informations transmises par la SNSA, "la fuite a été détectée à temps" et "aucune radiation transmise à l'environnement". L'arrêt complet du réacteur a été effectif à 19H30 GMT.

Le Centre d'urgence et d'incidents de l'AIEA (IEC) a aussitôt alerté les pays voisins: Autriche, Croatie, Hongrie et Italie.

Le gouvernement allemand a toutefois mobilisé mercredi soir ses services compétents pour une première évaluation, a indiqué le secrétaire d'Etat allemand à l'Environnement, Michael Müller.

L'Autriche, voisine de la Slovénie, a de son côté demandé des explications à Ljubljana, qui, selon le ministre de l'Environnement autrichien, Josef Pröll, a tout d'abord signalé l'incident comme un "exercice" et non comme une panne réelle. "Cela remet gravement en question notre confiance dans le système d'alarme slovène", a-t-il affirmé en soulignant qu'il soumettrait cette question au prochain conseil des ministres de l'UE jeudi à Luxembourg.

L'organisation écologiste Greenpeace en Allemagne a pour sa part souligné qu'une telle alerte européenne était "très inhabituelle".

Le système d'alerte ECURIE a été créé par l'UE en 1987 après la catastrophe de la centrale soviétique de Tchernobyl. Il permet aux états membres de communiquer en cas "d'accident nucléaire majeur ou d'urgence radioactive", selon la Commission.

Il est utilisé fréquemment, a indiqué le porte-parole de la Commission chargé de l'Energie, l'Espagnol Ferran Tarradellas. Mais il est très rare que Bruxelles juge que l'incident vaille la peine d'être rendu public.

La centrale de Krsko avait été arrêtée pendant un mois en fin d'année dernière pour des travaux de maintenance.

Exploitée en commun par la Slovénie et la Croatie, elle a été construite par le consortium américano-japonais Westinghouse et reliée au réseau en 1983. Elle produit 20% de l'électricité consommée en Slovénie et 15% de celle utilisée en Croatie.

source: AFP


Dernière édition par jeffe le Ven 6 Juin - 11:18, édité 1 fois
avatar
jeffe

Messages : 581
Date d'inscription : 16/03/2008
Age : 59

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alerte nucléaire européenne

Message  jeffe le Jeu 5 Juin - 14:21

La Commission européenne a diffusé aux médias, mercredi 4 juin, un message d'alerte nucléaire, après un incident survenu dans la centrale de Krsko, en Slovénie. Cette initiative, qui constitue une première, a suscité l'inquiétude et a mobilisé les agences nationales de sûreté nucléaire, aussitôt assaillies par les rédactions. Le premier communiqué de la Commission, diffusé à 19 h 27, faisait en effet état d'un message d'alerte reçu de Slovénie deux heures auparavant, motivé par "la perte de liquide de refroidissement dans le circuit primaire de la centrale nucléaire de Krsko". La Commission précisait que la procédure d'arrêt de sûreté du réacteur était en cours et qu'aucune fuite dans l'environnement n'avait été identifiée à ce stade.

Par son laconisme, ce premier communiqué laissait sans réponse des questions préoccupantes : quelle était l'origine de la fuite, son étendue ? Etait-elle de nature à engendrer un échauffement du cœur du réacteur et à aboutir à un emballement incontrôlable de la réaction nucléaire ? A 21 h 04, la Commission diffusait un deuxième communiqué, rassurant, indiquant que les autorités slovènes l'avaient informée que le réacteur était désormais arrêté, et la situation "sous contrôle". Trente minutes plus tard, un troisième communiqué précisait que l'arrêt du réacteur avait été effectif à 19 h 30 et que la Slovénie confirmait qu'il n'y avait eu aucun rejet radioactif dans l'environnement.

De son côté, l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) française indiquait à 22 h 10 avoir été en contact avec son homologue slovène. Elle précisait que l'incident avait eu lieu à 15 h 07, que la fuite, d'un débit de 2,4 m3 par heure, était contenue dans l'enceinte de confinement, que la mise en place d'une organisation d'urgence n'avait pas été jugée nécessaire et que la réparation du joint défaillant sur une pompe primaire durerait plusieurs jours. L'Agence internationale de l'énergie atomique, à Vienne, faisait état de données similaires.

"QUAND ON NE PARLE PAS DES INCIDENTS, ON NOUS ACCUSE DE LES CACHER"

Seule l'Autriche, frontalière de la Slovénie, soulignait une incohérence dans les informations diffusées. Selon Joseph Pröll, ministre autrichien de l'environnement, Ljubljana aurait d'abord signalé l'incident comme un "exercice" et non comme une panne réelle. "Cela remet gravement en question notre confiance dans le système d'alarme slovène", a-t-il affirmé, en soulignant qu'il soumettrait cette question au conseil des ministres de l'UE, jeudi.

Que s'est-il donc réellement passé à la centrale de Krsko, un réacteur à eau pressurisée de conception américaine (Westinghouse) d'une puissance de 700MW, entré en service en 1981 ? Pour Jean-Christophe Niel, directeur général de l'ASN, la fuite en question, colmatée dans la nuit, constitue "un événement d'ampleur limitée" : des réservoirs compensent la perte de liquide de refroidissement et la procédure prévoit l'arrêt du réacteur pour abaisser la pression dans le circuit.

La Commission a-t-elle "surréagi" en rendant publique une alerte émanant de son système Ecurie (European Community Urgent Radiological Information Exchange) mis en place après Tchernobyl et, en principe, activé en cas d'urgence nucléaire et radiologique ? "Il faudra clairement faire un retour d'expérience sur cette diffusion d'information", estime M. Niel.

"Quand on ne parle pas des incidents, on nous accuse de les cacher ; je préfère être accusé d'être trop transparent", répond Ferran Tarradellas, porte-parole de la Commission. Selon lui, l'alerte est la première manifestation d'une nouvelle "culture de communication en matière nucléaire", impulsée par le commissaire à l'énergie Andris Piebalgs, visant à rassurer le public vis-à-vis du nucléaire. ( C'est clair, on est très rassuré sur le nucléaire ! NDLR )

Cet argumentaire ne convainc guère Sortir du nucléaire, qui voit dans cet incident une nouvelle preuve que cette forme d'énergie "fait courir en continu à l'ensemble de la population mondiale un risque incommensurable".

Hervé Morin
_________________________
source: www.lemonde
avatar
jeffe

Messages : 581
Date d'inscription : 16/03/2008
Age : 59

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alerte nucléaire européenne

Message  loïs le Ven 6 Juin - 7:13

"QUAND ON NE PARLE PAS DES INCIDENTS, ON NOUS ACCUSE DE LES CACHER"

Oui, c'est très fort; l'exercice de communication consiste à faire souligner, apprécier une meilleure qualité de l'information, l'alerte diffusée par la Commission Européenne.

Une fois encore, on tente de nous cacher sous un écran de fumée, les effets dégagés par la transparence de l'information ( presque aussi dangereux que le nuage nucléaire, quand cette pratique tourne à la manipulation ), le véritable enjeu: la perte de liquide de refroidissement dans le circuit primaire d'une centrale nucléaire.

C'est un test: comment réagissent les populations à une information sérieuse, grave ?Est-ce qu'elles apprécient la transparence, en laissant la qualité ou l'intérêt de celle-ci "écraser" quelque peu la gravité de l'évènement ( c'est-à-dire s'appuyer sur l'adage " une faute avouée ou reconnue est mieux acceptée qu'une même faute dissimulée" )?
Ensuite, mesurer jusqu'à quel point une information de faits graves peut être diffusée, sans pour celà ( en dehors d'une émotion légitime ), affoler de manière violente les populations, voire les amener à remettre en question un aspect de la société ( en l'occurence, l'énergie nucléaire ).

loïs

Messages : 37
Date d'inscription : 12/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alerte nucléaire européenne

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum