View my page on Freemen
Derniers sujets
» LES PESEES ACTIVES S'ETEIGNENT
par Admin Dim 17 Mai - 20:17

» GOODBYE MISTER BUSH
par jeffe Mer 5 Nov - 11:47

» de passage
par jeffe Mar 4 Nov - 19:27

» Discours d'Yves Cochet à l'Assemblée Nationale
par jeffe Lun 20 Oct - 9:03

» Fin du Plan maladies rares
par jeffe Mar 14 Oct - 12:47

» Les bourses européennes plongent
par jeffe Sam 11 Oct - 9:08

» AU BORD DU GOUFFRE
par loïs Ven 10 Oct - 22:06

» Trois fous se disputant le monde…
par jeffe Ven 26 Sep - 11:38

» Nicolas Sarkozy, Thierry Meyssan et la CIA
par loïs Mar 19 Aoû - 8:25

» Croissance négative de -0,2% au deuxième trimestre dans la zone euro
par jeffe Ven 15 Aoû - 10:56

PROMOTION DU FORUM
booterForum: votez pour ce site

www.meilleurduweb.com : Votez pour ce site.
HEBERGEMENT DE FICHIERS
Hébergement de fichiers

Hébergement d'Images
partenaires et amis
Réseau de Blog FreeWOmen

Forum Expression Libre

Blog de Pierre JC Allard

Blog de Bettina

Site consacré à l'esprit libertaire

Flux RSS
Pour vous abonner au flux RSS des Pensées Actives, cliquez sur ce logo.

Flx RSS
Flux RSS Suivis
Visit the Widget Gallery
Mots-clés


Edgard Pisani :"Sommes-nous capables de penser le monde ?"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Edgard Pisani :"Sommes-nous capables de penser le monde ?"

Message  jeffe le Sam 5 Juil - 12:00

Edgard Pisani, robuste, inoxydable, l’oeil rieur, fin observateur de la vie politique française et internationale se fait, pour les Rendez-vous de l’Agora, commentateur lucide quand il évoque les grands enjeux internationaux (la fin du pétrole, la famine...), critique, voire mordant, quand il s’agit d’évoquer internet, le non irlandais, l’union pour la Méditerranée ou la politique de Nicolas Sarkozy...
A l’occasion de la parution de "Le sens de l’état" (éditions de l’Aube), son dernier ouvrage dont nous vous présentons un extrait ci-dessous, nous avons rencontré Edgard Pisani, ancien ministre du Général de Gaulle et chargé de mission de François Mitterrand.

Interview-vidéo d’Edgar Pisani en quatre parties
par Olivier Bailly et Iannis Pledel

Regard sur Nicolas Sarkozy :



Edgard Pisani et l’Europe :



La Méditerranée et le Moyen-Orient :



Edgard Pisani, enjeux internationaux :




Extrait du Sens de l’Etat, par Edgard Pisani (interviewé par Stéphane Paoli et Jean Viard)
« Je crois que nous ne sortirons pas de la situation où nous sommes si nous ne parvenons pas à clairement distinguer le "marché-mécanisme" et le "marché-loi". Le "marché-mécanisme" – la confrontation entre deux produits sur la qualité, sur leur prix… – est nécessaire.

Il est un facteur de progrès. Mais le "marché-loi", qui s’impose, quoi qu’on fasse, à la population d’un pays et du monde tout entier et à l’environnement, qui aspire à s’imposer sans contrôle, ce marché ne doit pas fonctionner, ne peut pas fonctionner durablement.

Prenons le problème très actuel de l’agriculture. On a cru que nous avions atteint une autosuffisance durable. J’ai été d’un avis contraire. Jamais encore, le monde n’a connu un temps où le nombre des « crève-la-faim » a été aussi important qu’aujourd’hui, presque un milliard. Or, le monde, qui compte six milliards et demi d’habitants, en comptera neuf ou presque dans vingt-cinq ans. Déjà, les prix augmentent tandis que la concurrence détruit les agricultures de subsistance des pays pauvres.

Le blé a doublé en deux ans, le lait a augmenté, je crois, de 40 %. Renversons la problématique. Le monde a besoin de toutes les agricultures du monde. Parce que si le monde ne produit pas le maximum de ce qu’il peut produire, le monde ne mangera pas à sa faim. Donc, tout système qui aboutit à la destruction, à la disparition d’une agriculture à cause de la concurrence est néfaste. Il faut, au contraire du marché-loi, accepter le principe d’un mode de protection. Mais allons encore plus loin. Essayons de voir quels sont les facteurs de production ; essayons de voir pourquoi mon pessimisme est si grand.

Quels sont les facteurs de production ? Il y a la terre. Elle est dévorée par l’urbanisation ; les plaines les plus fertiles sont celles qui ont accueilli les villes les plus grandes. Et les villes continuent à grandir. L’eau monte des océans. L’eau, il faut savoir que 62 à 63 % de l’eau potable disponible est consacrée à l’irrigation, que le disponible va en diminuant et que, par conséquent, nous allons en manquer, au robinet, dans les fermes irriguées, l’industrie qui en est grande consommatrice…



La désalinisation n’est valable qu’auprès des mers et des océans ; de surcroît, elle coûte cher. Des progrès seront accomplis, la modernisation du Tiers-Monde tendra à le rendre autosuffisant et des terres nouvelles seront mises en culture mais l’urbanisation, les infrastructures, la montée du niveau de la mer vont dévorer d’énormes surfaces de terres parmi les plus fertiles du monde. Les agro-carburants vont s’étendre dangereusement.

Tout cela pris en compte, je suis conduit à dire avec certitude que la production baissera alors que les besoins augmenteront inéluctablement ; que nous connaîtrons des hausses de prix, des famines et des tensions sociales extrêmes ».

« … Je vais vous dire pourquoi c’est l’agriculture qui m’a appris la politique et, plus encore, le politique, année après année. L’agriculture, c’est non seulement le compromis à établir entre l’intérêt général et l’intérêt agricole, mais c’est aussi la médiation entre les grandes plaines et le bocage, les petites fermes et les grands domaines, l’élevage et la culture, les grandes productions et la viticulture, l’horticulture, la production de légumes et de fruits… Être le ministre de l’Agriculture exige de trouver un langage qui, par moments, recouvre le tout. Pas nécessairement tout le temps (car il lui faut bien entrer dans les détails), mais aussi souvent que possible.

Il faut se faire entendre un jour des paysans et négocier, le lendemain, avec des diplomates. Nous voilà bien arrivés aux deux faces complémentaires de la politique et du politique. Je laisse de côté l’exercice auquel doit se livrer l’élu comme le candidat. Il m’a pratiquement été épargné.

Stéphane Paoli. – C’est être un généraliste.

Edgard Pisani. – C’est vous élever à un niveau où vous pouvez considérer le problème dans son unité avant de redescendre, car vous redescendez, avant de vous occuper des mille détails en quoi consiste la vie ! Vous vous élevez un jour et puis vous redescendez tous les jours.

Vous constatez que c’est différent en passant de l’un à l’autre. J’ai compris l’essence du binôme "la politique – le Politique" lorsque j’ai compris qu’il faut tenir compte tour à tour de l’un et de l’autre et sans se contredire de chacun et de tous ; cela afin que tous acceptent de travailler ensemble. »

© Editions de l’aube
Article sur AgoraVox
avatar
jeffe

Messages : 581
Date d'inscription : 16/03/2008
Age : 59

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum