View my page on Freemen
Derniers sujets
» LES PESEES ACTIVES S'ETEIGNENT
par Admin Dim 17 Mai - 20:17

» GOODBYE MISTER BUSH
par jeffe Mer 5 Nov - 11:47

» de passage
par jeffe Mar 4 Nov - 19:27

» Discours d'Yves Cochet à l'Assemblée Nationale
par jeffe Lun 20 Oct - 9:03

» Fin du Plan maladies rares
par jeffe Mar 14 Oct - 12:47

» Les bourses européennes plongent
par jeffe Sam 11 Oct - 9:08

» AU BORD DU GOUFFRE
par loïs Ven 10 Oct - 22:06

» Trois fous se disputant le monde…
par jeffe Ven 26 Sep - 11:38

» Nicolas Sarkozy, Thierry Meyssan et la CIA
par loïs Mar 19 Aoû - 8:25

» Croissance négative de -0,2% au deuxième trimestre dans la zone euro
par jeffe Ven 15 Aoû - 10:56

PROMOTION DU FORUM
booterForum: votez pour ce site

www.meilleurduweb.com : Votez pour ce site.
HEBERGEMENT DE FICHIERS
Hébergement de fichiers

Hébergement d'Images
partenaires et amis
Réseau de Blog FreeWOmen

Forum Expression Libre

Blog de Pierre JC Allard

Blog de Bettina

Site consacré à l'esprit libertaire

Flux RSS
Pour vous abonner au flux RSS des Pensées Actives, cliquez sur ce logo.

Flx RSS
Flux RSS Suivis
Visit the Widget Gallery
Mots-clés


In memoriam IndyMac Bank (1985 - 2008)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

In memoriam IndyMac Bank (1985 - 2008)

Message  jeffe le Dim 13 Juil - 14:50

L’hécatombe continue. IndyMac, le n°9 des établissements spécialisés dans le crédit immobilier, a été mise sous tutelle après faillite, et le fond de garantie des déposants devra débourser de 4 à 8 milliards de dollars - soit 7,5 à 15% de ses réserves - pour couvrir les pertes. Paul Jorion, qui a connu de l’intérieur cette entreprise, lève aujourd’hui le voile sur certaines pratiques inavouables qui avaient cours dans le secteur financier.

Par Paul Jorion, 12 juillet 2008

Si vous avez accès à un exemplaire de mon livre Investing in a Post-Enron World,publié en 2003 par McGraw-Hill, vous verrez que j’y cite à trois reprises Mike Perry qui était jusqu’à hier P-DG de IndyMac Bank. Les trois citations contiennent des extraits d’un entretien qu’il m’avait accordé. J’étais allé le voir parce que j’avais un grand respect pour la manière dont il menait son affaire.

IndyMac Bank qui, en volume, était le 9e organisme de crédit hypothécaire aux États-Unis a été saisi hier. La Federal Deposit Insurance Corporation qui garantit les dépôts bancaires à hauteur de 100 000 dollars est intervenue et a pris possession de la banque au nom du gouvernement américain. IndyMac rouvrira lundi sous le nom de IndyMac Federal Bank mais la firme sera en liquidation judiciaire. L’opération de remboursement des clients coûtera à la FDIC 4 à 8 milliards de dollars soit 7,5 à 15 % de ses réserves. Si le renflouement du numéro 9 du prêt au logement mobilise 15 % des ressources dont dispose le gouvernement américain dans ce domaine, un rapide calcul vous confirmera que ce genre d’opérations ne pourra pas se renouveler très souvent.



Si j’étais allé voir Mike Perry à l’époque où j’écrivais mon livre, c’est que j’avais travaillé directement sous ses ordres peu de temps auparavant. En 2001, il avait décidé d’introduire la norme « Six Sigma » à IndyMac, une norme industrielle - intéressante d’ailleurs, j’aurai sûrement l’occasion d’y revenir - centrée sur une minimisation de l’erreur, et il avait fait du recrutement de la première équipe l’objet d’un concours au sein de toute l’entreprise : les dix premiers en feraient partie et se verraient décharger de toute autre responsabilité.

Les dix finalistes devaient présenter un projet devant la direction. Mike m’avait interrompu à un moment pour faire taire quelques bavards dans le fond de la salle. Il avait dit « Hé les gars ! Il faut écouter : il y a quelqu’un qui parle ici qui comprend vraiment notre business ! ». Ça m’avait fait très plaisir. A partir de ce jour-là, j’ai travaillé directement pour lui. Il m’appelait au téléphone et me disait « Paul, je voudrais que tu fasses la chose suivante ».

Un jour, j’ai été viré. Je n’ai jamais raconté cela, parce que je n’ai pas l’habitude de cracher dans la soupe. Maintenant, cela n’a plus aucune importance. Mon patron immédiat m’a appelé. Il était accompagné d’une représentante de la DRH. Je les ai suivis dans un petit bureau où ils m’ont dit que j’étais licencié. Je ne les ai pas crus, j’ai dit : « Je suis sur un projet pour Mike, on y travaille depuis plusieurs mois et on le termine demain : ça n’a pas de sens ! » Ils m’ont dit : « Si, tu es licencié ». J’ai répondu : « Je ne vous crois pas ! », j’ai dit : « Pour quelle raison ? » Silence. Ils sont allés chercher un collègue que j’aimais bien, ils lui ont expliqué la situation. Il a dit : « Je vais appeler Richard ! » Richard, était le numéro 2 d’IndyMac. Il est revenu, il a demandé aux deux autres de sortir et il m’a confirmé la nouvelle : « Paul, c’est vrai ! ». J’ai dit « Bon ! » et je suis parti.

Je ne comprenais pas : le projet sur lequel je travaillais était un enfant chéri de Mike : il voulait savoir combien de consommateurs remplissaient le formulaire de demande de prêt, combien étaient agréés, combien fournissaient les documents requis, combien voyaient leur requête acceptée ; il voulait comprendre la déperdition entre chaque stade du processus et aussi voir le temps que prenait chaque étape. Je lui avais fait cela : en dynamique, remis à jour tous les soirs. Il voulait que l’information soit accessible sur l’Intranet de la compagnie. Nous étions prêts : le lancement aurait dû avoir lieu le lendemain du jour où j’ai été viré.

Rentré à la maison, j’étais abasourdi. Honnêtement, ça m’a pris quelques jours pour que la petite lampe s’allume dans la bulle au-dessus de ma tête. Soudain ça a fait clic : je me suis souvenu d’une conversation la veille de mon licenciement : mon patron immédiat m’avait appelé et m’avait demandé : « Le truc que tu prépares pour l’Intranet, est-ce que ça pourra être vu des membres de Conseil de Direction ? ». Je me suis informé et je l’ai rappelé, j’ai dit : « Oui, sans problème : il y a une hiérarchie d’accès mais eux ont évidemment le droit de tout voir ».

Dans les derniers jours, je ne m’occupais plus de regarder ce que crachait notre nouveau système : je vérifiais simplement que la mécanique était bien huilée. Là j’ai soudain compris, je me suis dit : il y a quelque chose que les membres de Conseil de Direction allaient voir et qu’on n’a pas voulu qu’ils voient, et je suis allé éplucher les chiffres pour essayer de trouver où le bât blessait.

Je l’ai découvert assez vite en examinant mes rames de print-outs. IndyMac était très fier que les demandes de prêt que la firme accordait proviennent de sources multiples : rassemblés par de petites compagnies, par des firmes dont le crédit immobilier était une activité annexe, par des courtiers indépendants, etc. Mike répétait : « Aucune de nos sources ne représente plus de 5 % de notre financement du crédit au logement ! » Or ce n’était pas vrai : un de nos correspondants représentait près du quart. Et il était là, gras et solitaire : les autres étaient effectivement tout petits à côté de lui, très loin derrière en termes de chiffre d’affaires.

Le nom de ce gros correspondant ne me disait rien : un nom sans visibilité aucune. J’ai gouguelé à mort et l’une des deux mentions que j’ai trouvées était dans l’un de ces documents qui ne se trouvent sur l’Internet que par accident : une liste de transactions entre firmes. Et il y avait une adresse, à l’autre bout de Los Angeles. Nous nous y sommes rendus. Rien. Nous avons pris l’ascenseur et nous nous sommes mis à fouiner dans les étages. Et nous avons trouvé une porte où se trouvaient deux plaques de cuivre : l’une portait le nom de ma compagnie mystère et l’autre était celui d’un établissement financier très connu, qui se trouvait alors au centre de l’actualité pour une énorme affaire de pots-de-vin.

Est-ce que Mike savait ? Mon instinct me dit que non. En même temps, ce serait étonnant : une firme qui représentait près du quart des financements ? C’était peut-être d’ailleurs lui la source de la question qui m’avait été adressée : « Est-ce que les membres du Conseil de Direction pourront voir ces chiffres ? » Mais quand il avait une question à me poser, il n’hésitait jamais à le faire lui-même. Il n’est pas rare qu’il y ait dans les sociétés, des magouilles à des niveaux intermédiaires, qu’on cache soigneusement à la direction. J’en ai vu. Mais il est vrai aussi que les P-DG en savent en général bien davantage sur ce qui se passe chez eux qu’ils ne l’affirment en public.

Alors, Mike Perry ? Je ne sais pas. De toute façon j’aimais bien la manière dont il dirigeait sa firme. Je lui ai envoyé un petit mot hier soir pour le lui dire. Je lui ai dit : « Ce n’est pas toi ! C’est le vent debout ! » Allez savoir ! En tout cas il n’était pas l’un des pires.

Paul Jorion, sociologue et anthropologue, a travaillé durant les dix dernières années dans le milieu bancaire américain en tant que spécialiste de la formation des prix. Il a publié récemment L’implosion. La finance contre l’économie (Fayard : 2008 )et Vers la crise du capitalisme américain ? (La Découverte : 2007).



Article communiqué par Paul Jorion
* Ceci est un « article presslib’ » libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Paul Jorion est un « journaliste presslib’ » qui vit exclusivement de ses droits d’auteurs et de vos contributions. Il pourra continuer d’écrire comme il le fait aujourd’hui tant que vousl’y aiderez. Votre soutien peut s’exprimer ici.



_________________________
Source:ContreInfo
avatar
jeffe

Messages : 581
Date d'inscription : 16/03/2008
Age : 59

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum