View my page on Freemen
Derniers sujets
» LES PESEES ACTIVES S'ETEIGNENT
par Admin Dim 17 Mai - 20:17

» GOODBYE MISTER BUSH
par jeffe Mer 5 Nov - 11:47

» de passage
par jeffe Mar 4 Nov - 19:27

» Discours d'Yves Cochet à l'Assemblée Nationale
par jeffe Lun 20 Oct - 9:03

» Fin du Plan maladies rares
par jeffe Mar 14 Oct - 12:47

» Les bourses européennes plongent
par jeffe Sam 11 Oct - 9:08

» AU BORD DU GOUFFRE
par loïs Ven 10 Oct - 22:06

» Trois fous se disputant le monde…
par jeffe Ven 26 Sep - 11:38

» Nicolas Sarkozy, Thierry Meyssan et la CIA
par loïs Mar 19 Aoû - 8:25

» Croissance négative de -0,2% au deuxième trimestre dans la zone euro
par jeffe Ven 15 Aoû - 10:56

PROMOTION DU FORUM
booterForum: votez pour ce site

www.meilleurduweb.com : Votez pour ce site.
HEBERGEMENT DE FICHIERS
Hébergement de fichiers

Hébergement d'Images
partenaires et amis
Réseau de Blog FreeWOmen

Forum Expression Libre

Blog de Pierre JC Allard

Blog de Bettina

Site consacré à l'esprit libertaire

Flux RSS
Pour vous abonner au flux RSS des Pensées Actives, cliquez sur ce logo.

Flx RSS
Flux RSS Suivis
Visit the Widget Gallery
Mots-clés


FAIRE ATTENTION Pour une nouvelle politique éducative

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

FAIRE ATTENTION Pour une nouvelle politique éducative

Message  Admin le Sam 29 Mar - 8:49

FAIRE ATTENTION
Pour une nouvelle politique éducative



Appel de citoyens, de parents, d’éducateurs, d’élèves et d’étudiants au Président de la République et à l’Assemblée Nationale.

En Europe, « entre 1/3 et 2/3 des enfants ont désormais la télévision dans leur chambre, selon les pays
et les milieux sociaux (près de 75% dans les milieux défavorisés en Angleterre). Ces chiffres s'appliquent aux enfants entre 0 et 3 ans ».
(Cf Children and young people in their changing media environment, édité par Sonia Livingstone et Moira Bovill, Erlbaum ed, Mahwah, N.J et Londres, 2001).


Aux Etats-Unis, dès l’âge de trois mois, 40% des bébés regardent régulièrement la télévision, des DVD ou des
enregistrements vidéo, la proportion passant à 90% à partir de deux ans : c’est ce qu’a révélé au début du mois de mai 2007 une enquête conduite par Frederic Zimmerman, publiée par la revue Psychiatrics, confirmant les résultats d’une étude qui avait établi en 2004 que des bébés exposés entre un an et trois ans aux programmes de télévision sont plus exposés au risque de souffrir d’un déficit attentionnel
(attention deficit disorder) lorsqu’ils atteignent sept ans. Lorsque, il y a presque deux ans (au mois de septembre 2005), l’INSERM avait cru pouvoir publier en France les résultats d’une enquête sur les troubles
de l’attention, et sur ce qui en résulte souvent sous la forme d’un trouble des conduites, il apparut que pratiquement aucune attention n’avait été accordée, au cours de cette étude, aux effets ruineux de
l’industrie télévisuelle et audiovisuelle sur les toutes jeunes consciences. A ces causes, qui sont sociales et culturelles, l’INSERM avait cru trouver au contraire des bases génétiques. Cela avait conduit
cet institut à préconiser un dépistage dès l’âge de trois ans des enfants supposés être prédisposés à l’adoption de comportements anti-sociaux.

Ce que confirme en 2007 la dernière étude publiée sur ce sujet par Psychiatrics, c’est que les comportements anti-sociaux liés au déficit attentionnel sont pour une très large part ce que suscite l’incurie d’une organisation sociale devenue ruineuse pour la vie de l’esprit parce qu’elle maltraite les consciences, et en
particulier les plus jeunes, et donc les plus fragiles : celles dont il faut le plus prendre soin, et auxquelles il faut consacrer la plus grande attention à travers ce que l’on appelle l’éducation. Ce que fait apparaître cette étude, c’est que l’industrie télévisuelle détruit l’éducation.


*

Car l’attention n’est pas une faculté simplement psychologique : c’est une compétence sociale, qu’il faut acquérir, et c’est la responsabilité des éducateurs, parents aussi bien que professionnels, de la former. Depuis
Jules Ferry, qui généralisait ainsi une tâche que s’assignaient auparavant les Eglises, l’école s’est vue confier par l’Etat-Nation le rôle de former l’attention, en particulier par l’acquisition des
disciplines de l’esprit attentif à ses objets selon les règles des savoirs élaborés et transmis de génération en génération.
Cependant, après la deuxième guerre mondiale, le système éducatif et les médias audiovisuels sont entrés en concurrence pour capter l’attention des générations nouvelles.
À partir de la fin du XXè siècle, cette concurrence est devenue, sous la pression du marketing, un véritable
conflit, dont le résultat présent est un désastre psychologique, affectif, culturel, économique et social. Et il
ne fait pas le moindre doute que les carences attentionnelles provoquées par la captation audiovisuelle de l’attention conduisent à une fragilisation des liens sociaux telle qu’elle ne peut qu’engendrer une insécurité
généralisée.
L’étude du Dr. Zimmerman montre que la captation de l’attention par les technologies audiovisuelles conduit à la
destruction de cette attention. Là où la famille et l’école en charge d’éduquer les enfants et la jeunesse forment leur attention aussi bien au plan psychologique (comme faculté de concentration) qu’au plan social (comme capacité à prendre soin de soi-même, des autres et du monde au sein duquel il n’est possible de vivre ensemble qu’à la condition de se porter mutuellement attention), les industries
audiovisuelles la déforment au point parfois de l’anéantir – au risque, d’ailleurs, de s’anéantir elles-mêmes, car le zapping généralisé les condamne, comme il condamne toute estime de soi et toute dignité humaine.
Ce que les parents et les éducateurs forment patiemment, lentement, dès le plus
jeune âge, et en se passant le relais d’années en années sur la base de ce que la civilisation a accumulé de plus précieux, les industries audiovisuelles le défont systématiquement, quotidiennement, avec les techniques les plus brutales et les plus vulgaires – tout en accusant les familles et le système éducatif de cet effondrement. Et il faut ici rendre hommage aux éducateurs et aux enseignants qui n’ont pas renoncé à lutter contre cette organisation industrielle de l’incurie.
C’est cette incurie qui constitue la cause première de l’extrême affaiblissement des établissements d’enseignement aussi bien que de la fragilisation familiale. Dans un contexte où le « temps de cerveau disponible » est devenu une simple marchandise, les établissements d’enseignement et les structures éducatives se désagrègent les unes après les autres.
Or, avec l’enseignement et l’éducation, c’est le monde lui-même qui pourrait finir par s’anéantir à son tour.


*

Le 6 mai 2007, au soir de son élection, le nouveau président de la République Française, Nicolas Sarkozy, a déclaré qu’au cours de son mandat, la France ferait du salut de la planète confrontée au réchauffement climatique la première de ses priorités.
Nous nous en réjouissons très vivement. Et nous voulons ici attirer son attention, et celle de la population et des nouvelles autorités publiques, sur le fait que la seule possibilité de changer le cours catastrophique des
choses induites par la production excessive de dioxyde de carbone est de modifier les comportements individuels et collectifs, et d’inventer un nouveau mode de vie tout aussi bien qu’une autre organisation de
l’économie industrielle. "La démocratie est en danger", écrivait récemment l'ancien vice-président des Etats-Unis Al Gore dans le magazine Time, "non pas à cause d'une idéologie, mais en raison de changements sans précédent dans l'environnement tels que les idées peuvent soit vivre et se diffuser, soit dépérir et mourir. Je ne parle pas de l'environnement physique. Je parle de ce que l'on appelle l'espace public, ou le forum des idées. ...
La République des Lettres a été envahie et occupée par l'empire de la télévision. Radios, Internet, films, téléphones mobiles, ipods, ordinateurs, jeux vidéos et PDA se font désormais concurrence pour capter notre attention - mais c'est toujours la télévision qui domine le flux d'information."

Modifier les comportements en vue de réduire la production de dioxyde de carbone ne sera possible qu’à la condition de revaloriser très spectaculairement la formation de l’attention.
Depuis la société grecque, et, dans nos sociétés industrielles, grâce à l’instruction obligatoire, instituée par Jules Ferry pour ce qui concerne la France, l'éducation scolaire est le socle et le meilleur garant de la formation de l'attention. Sans doute le nouveau modèle industriel requis par la lutte contre le réchauffement climatique passe-t-il aussi bien par des investissements dans la recherche et l’innovation industrielle que par une politique fiscale.
Mais de telles mesures ne sauraient remplacer la formation d’une plus grande attention au monde qui en est le préalable – y compris pour soutenir les nouveaux marchés de la nouvelle industrie.
Questions environnementales, politique industrielle, politique éducative, règles encadrant les médias de masse et politique des nouveaux médias constituent une seule et même question. Nous pensons qu’un très large débat doit être ouvert – selon ces perspectives, qui ouvrent vers un nouveau projet de société industrielle – sur la question de la formation, de la protection et du développement de l’attention dans la société des risques globaux.
Ce débat doit être lancé dès maintenant, dans tout le pays, notamment dans le contexte de la campagne électorale qui commence en vue des élections législatives, puis, cet automne, sous l’autorité du nouveau
gouvernement.
Un tel débat devrait en particulier apporter des éléments en vue de prendre des décisions pour ce qui concern :

- les missions qu’il convient d’assigner aux médias, en particulier dans un contexte où ils sont appelés à se transformer en profondeur du fait de la numérisation, pour favoriser la reconstruction de l’attention et stopper leurs effets ruineux sur les missions d’éducation,

- les relations qui doivent être organisées et régulées par les autorités publiques entre l’éducation et les médias ainsi respectivement missionnés dans le cadre d’un cahier des charges commun,

- les nouvelles missions qu’il convient d’assigner à l’école et au système éducatif pour faire ainsi des médias non plus leurs adversaires, mais leurs instruments de travail – tout comme l’édition scolaire aura été
longtemps l’instrument de base et d’unification de l’enseignement de l’Etat-Nation, et tout comme l’édition des livres et la presse écrite ont été et demeurent à la base de la connaissance de ceux que l’on nomme pour cette raison des lettrés – et nous entendons par là des « non-illettrés »,

- les activités de recherche fondamentale qu’il convient d’engager sur ces sujets, et les missions corrélatives qui doivent être confiées aux universités et aux organismes de recherche en ces domaines,

- les fonds d’aide aux programmes de recherche et de développement technologique et industriel qu’il faut mettre en place pour que se déploie en France et en Europe une industrie de la connaissance digne de ce nom.


*


Que l’on doive réformer nos établissements d’enseignement est évident.
Mais une telle réforme ne peut être pensée que depuis la réforme des industries de programmes qui seule la rendra possible. Et c’est d’autant plus nécessaire et urgent que celles-ci entrent en ce moment même dans la mutation qui est engendrée par les réseaux numériques.
Dans ce contexte, les pouvoirs publics, qui sont en charge de l’éducation nationale aussi bien que de la régulation des industries de programmes, ont aujourd’hui l’extraordinaire opportunité de faire en sorte que cette profonde évolution donne à notre société la chance de reconstituer l’attention qui se
forme à travers l’éducation.
Un nouveau président de la République vient d’être élu en France, qui a affiché très clairement sa volonté d’agir en créant un ministère d’Etat dont le développement durable constitue la mission première. Une nouvelle Assemblée Nationale va être mandatée sous peu. En outre, la France présidera à partir du mois de juillet 2008 l’Union Européenne.
Nous appelons dès maintenant les nouveaux responsables qui auront été désignés à la suite de ces scrutins à organiser au plus vite, et en relation avec tous les pays de l’Union Européenne, un débat public sans tabous sur les enjeux de la destruction de l’attention induits par le développement incessant d’industries audiovisuelles en pleine mutation.
Ce débat est d’autant plus urgent que la mise en œuvre d’une politique industrielle des technologies de la connaissance est au cœur de la stratégie de Lisbonne définie par José Barroso, président de la Commission Européenne.

Nous appelons en conséquence la population française, la population européenne et l’opinion publique internationale, et en particulier les parents, les éducateurs et les professionnels de la santé et de la jeunesse, à signer et à faire signer cet appel.


Signer la pétition

Admin
Admin

Messages : 69
Date d'inscription : 16/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://les-pensees-actives.bbactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum