View my page on Freemen
Derniers sujets
» LES PESEES ACTIVES S'ETEIGNENT
par Admin Dim 17 Mai - 20:17

» GOODBYE MISTER BUSH
par jeffe Mer 5 Nov - 11:47

» de passage
par jeffe Mar 4 Nov - 19:27

» Discours d'Yves Cochet à l'Assemblée Nationale
par jeffe Lun 20 Oct - 9:03

» Fin du Plan maladies rares
par jeffe Mar 14 Oct - 12:47

» Les bourses européennes plongent
par jeffe Sam 11 Oct - 9:08

» AU BORD DU GOUFFRE
par loïs Ven 10 Oct - 22:06

» Trois fous se disputant le monde…
par jeffe Ven 26 Sep - 11:38

» Nicolas Sarkozy, Thierry Meyssan et la CIA
par loïs Mar 19 Aoû - 8:25

» Croissance négative de -0,2% au deuxième trimestre dans la zone euro
par jeffe Ven 15 Aoû - 10:56

PROMOTION DU FORUM
booterForum: votez pour ce site

www.meilleurduweb.com : Votez pour ce site.
HEBERGEMENT DE FICHIERS
Hébergement de fichiers

Hébergement d'Images
partenaires et amis
Réseau de Blog FreeWOmen

Forum Expression Libre

Blog de Pierre JC Allard

Blog de Bettina

Site consacré à l'esprit libertaire

Flux RSS
Pour vous abonner au flux RSS des Pensées Actives, cliquez sur ce logo.

Flx RSS
Flux RSS Suivis
Visit the Widget Gallery
Mots-clés


I Ching : la Rolls-Royce des méthodes divinatoires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

I Ching : la Rolls-Royce des méthodes divinatoires

Message  Admin le Lun 7 Avr - 23:04

par Pierre JC Allard

Le I Ching est une philosophie, un guide de vie pratique du type « Imitation de Jesus-Christ »1 et aussi un processus divinatoire.
Base du taoïsme et source d’inspiration du bouddhisme chinois, le I Ching (Yi-King) est un ouvrage dont les origines se perdent dans la nuit des temps. Quand en Chine on brûla tous les livres, seul le I Ching fut épargné. On ne connaît pas la Chine, si on ne connaît pas le
I Ching. Seuls la Bible, le Coran ou les Védas peuvent prétendre à une influence culturelle comparable à la sienne.
Certains font remonter les origines du I Ching au roi Fou-Hi, un personnage légendaire dont on ne peut confirmer avec certitude l’existence. De façon générale, on pense que le I Ching, tel que nous le connaissons aujourd’hui, a été entrepris par le roi Wen il y a de cela plus de 3 000 ans. Plus tard, des auteurs plus « récents » - comme Confucius - s’en sont inspirés et y ont largement contribué, écrivant les textes d’interprétation qu’on utilise encore essentiellement aujourd’hui. On ne parle pas du succès littéraire de l’an dernier... !
Le I Ching été introduit en Occident, en 1697, par le mathématicien et philosophe allemand Gottfried W. Leibnitz, qui l’avait découvert au hasard d’une correspondance avec Joachim Bouvet, missionnaire jésuite en Chine. C’est avec le I Ching que l’Europe a alors pris contact avec cette arithmétique binaire qui est aujourd’hui le langage des ordinateurs modernes. Carl G. Jung a dit du I Ching qu’il était « Le livre le plus profond qu’ait produit l’Orient ». Il y aurait beaucoup à dire sur le I Ching. Ici, nous parlerons seulement de divination.
Il y a des millénaires qu’en Chine et au Japon, on se sert du I Ching pour tout : se marier, faire la guerre, trouver un sens à sa vie. Comment connaître l’avenir grâce au I Ching ? Le consultant doit penser à une
question, puis manipuler des baguettes ou des pièces de monnaie.
Prenons les pièces, c’est plus simple. Le tirage à l’aveugle de trois pièces de monnaie peut avoir 4 résultats. Répétez l’opération 6 fois et vous obtenez l’un de 4 096 résultats possibles. À chacun de ces résultats est associé traditionnellement un de ces textes de Fou-Hi, de Wen, de Confucius... présumés apporter la réponse à la question. Simple.
Bien gentil direz-vous, mais bien vieillot tout ça... et totalement irrationnel. Sauf que l’homme d’affaires japonais en costume sombre qui déjeune au Maxim’s de Tokyo ne fait pas vieillot, quand il triture quelques piécettes et les dépose à côté de son sashimi en ne leur accordant apparemment qu’une attention distraite. Il sait ce qu’il fait et l’on sait ce qu’il fait. Il consulte le I Ching... et il va suivre le conseil du I Ching.
Il ne se croit pas irrationnel, juste bien au courant des avancées de la science moderne.
Il y a une cinquantaine d’années, le célèbre chirurgien et neurologue Wilder Penfield - le même qui fut appelé au chevet de Mao-Tsé-Tung - a découvert par hasard, en opérant sur le cerveau à nu, que celui-ci, correctement stimulé, pouvait revivre des épisodes du passé dans leurs moindres détails. On a évidemment poursuivi la recherche et l’on en est venu à penser que l’inconscient accumule des renseignements sur toutes les expériences de notre vie, même celles que notre conscient s’est empressé d’oublier. On tend aujourd’hui à accepter que notre inconscient constitue une énorme base de données.

Je ne considère pas cette hypothèse comme prouvée, mais elle a ici le mérite de fournir une assise rationnelle au I Ching. Pourquoi ? Parce que si toutes nos expériences passées sont enregistrées, il est clair qu’avoir accès à toute cette expérience - et non seulement au 1 % dont notre conscient s’est limité à se souvenir - permettrait de prévoir avec énormément plus d’habileté et de sagacité le déroulement probable des événements à partir de ce que le présent nous montre. Si le I Ching nous donnait la clé de cette banque de données, il ne prédirait pas l’avenir, ce qui est absurde, mais nous permettrait de mieux le prévoir... tellement mieux que la démarche paraîtrait magique.
Or il y a de bonnes raisons de croire qu’il est possible d’obtenir cet accès. Avec les récentes découvertes de la programmation neurolinguistique (PNL), on a appris à quel point notre inconscient “veut” nous transmettre de l’information. Il le fait par des « actes manqués » - Freud nous l’avait déjà dit - et de mille autres façons, parfois même en nous affligeant de malaises ou de tics nerveux. Il peut le faire à tout moment, si on lui en donne la chance en posant des gestes que notre conscient ne contrôle pas : des gestes au hasard... ou
qu’on peut croire posés par hasard.
Lorsqu’on pose un geste aléatoire, notre inconscient qui veut babiller s’engouffre dans la brèche et ce n’est pas vraiment le hasard, mais notre inconscient qui choisit le geste posé. Tous les tests psychologiques de
libre association tiennent désormais ceci pour avéré.
C’est cette propension de l’inconscient que le I Ching met à profit en proposant au consultant un tirage aléatoire de pièces de monnaie.
On trouve au livre du I Ching 4096 textes correspondant à autant de résultats possibles du tirage. L’hypothèse avancée est que les gestes du consultant sont guidés par son inconscient et conduisent au choix de cette « réponse » sur 4 096 qui colle le mieux à la question posée. Invraisemblable ? Disons que Penfield, la PNL et les autres méthodes de la psychologie moderne ne le prouvent pas - ni donc que le I Ching transmette une information valable - mais qu’une brèche est ouverte : il n’est pas IMPOSSIBLE qu’il le fasse. On sort de l’absurde pour entrer dans l’inexpliqué, une classe où le I Ching n’a pas à se sentir isolé.

La structure des textes, conçus par des penseurs chinois vivant au temps d’Abraham, provoque l’admiration, mais la crédibilité du consultant n’en reste pas moins soumise à rude épreuve. Extraordinaire structure, mais nous n’avons aucune raison de croire que les éléments de cet ensemble puissent être appliqués sur le déroulement des faits dans la réalité, pas plus que la valeur littéraire de l’Énéide n’en fait une bonne source de renseignements sur la fondation de Rome.
Pourquoi croire que l’information qu’on obtient du I Ching puisse être vraiment une lecture des données de l’inconscient et puisse donc nous aider à prendre de meilleures décisions ?
Parce que ça marche. La grande majorité des gens qui consultent le I Ching en tirent des renseignements qu’ils jugent pertinents. Bien sûr, on pourrait en dire autant des résultats obtenus avec l’astrologie, la numérologie et que sais-je : l’être humain veut croire. Mais, pour ceux qui consultent le I Ching, la différence est indiscutable et j’ai été moi-même abasourdi par les réponses. Empiriquement, il semble bien que le I Ching renseigne correctement.
Si c’est bien le cas, il faut supposer que les auteurs du I Ching ont non seulement compris le rôle de l’inconscient, mais ont aussi découvert comment utiliser les données qu’on peut en tirer pour analyser l’évolution d’une situation. Il faut admettre que des Chinois vivant avant Ramses II ont élaboré une méthode pour poser des questions dans un langage que l’inconscient comprend... et un langage pour décoder la réponse obtenue et la rendre intelligible au conscient. Bien difficile à croire...
Difficile à croire, mais il ne s’agit pas de croire. Il s’agit de vérifier si ça marche... ce que tout le monde peut faire. Si « croire » est la première cause d’obscurantisme, ne pas accepter les résultats d’une expérience est certainement la deuxième. Vous pouvez cliquer sur le lien ci-dessous. Poser une question et tester vous-même l’efficacité du I Ching. Vous m’en reparlerez...

Pierre JC Allard

1 par Thomas a Kempis


Dernière édition par Admin le Mar 8 Avr - 8:38, édité 6 fois

Admin
Admin

Messages : 69
Date d'inscription : 16/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://les-pensees-actives.bbactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Questionnez le I Ching

Message  Admin le Lun 7 Avr - 23:21


Admin
Admin

Messages : 69
Date d'inscription : 16/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://les-pensees-actives.bbactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: I Ching : la Rolls-Royce des méthodes divinatoires

Message  Bettina le Lun 14 Avr - 0:37

J’ai une réflexion qui me vient à l’esprit en lisant ce message. Je remarque qu’on parle souvent de la sagesse asiatique (je parle de l’Extrême Orient), du bouddhisme, du shintoïsme, etc. On parle souvent de l’Asie comme détentrice de la sagesse humaine avec une admiration qui semble presque sans borne…

Pourtant, et je trouve cela étrangement contradictoire, je constate dans les faits que l’Extrême Orient détentrice de la sagesse, tant regardé avec une véritable admiration par l’Europe, a connu et connait parmi les plus grandes dictatures au monde (Birmanie, Cambodge, Chine, Corée, Japon, Laos, Viêt-Nam…), a réalisé parmi les pires crimes qu’on connu le 20ème siècle, parmi les hommes les plus sanguinaires au monde dont Pol Pot reste un emblème (mort gentiment de vieillesse après avoir décimé presque la moitié de sa population), et reste parmi les plus grands consommateurs d’animaux en voie de disparition (requin, dauphin, éléphant, rhinocéros…). C’est aussi dans cette Partie du monde où la sagesse est mise sur un piédestal, où se suicider s’est retrouver un honneur…

Sans parler, que pratiquement tous les pays de l’Extrême Orient pratique encore la peine de mort ou l’ont juste suspendu : Birmanie (suspendue), Bruneï (suspendue), Cambodge (abolie, 1989), Chine (maintenue et détentrice du record d’exécution des condamnés à mort dans le monde), Corée du Nord (maintenue), Corée du Sud (maintenue), Indonésie (maintenue), Japon (maintenue), Laos (maintenue), Malaisie (maintenue), Mongolie (maintenue), Philippines (abolie en 2006), Singapour (maintenue), Taïwan (maintenue), Thaïlande (maintenue), Timor Est (abolie, 1999), Viêt-Nam (maintenue).

Voilà, c’était juste une réflexion que j’avais envie de faire sur l’Extrême Orient soi-disant détentrice de sagesse…

Par contre pour parler du I Ching, je ne connais pas assez, et il faut que je relise mieux ce texte avec les liens avant d’avoir une réelle idée.

Désolée, je crois que j'ai fait un hors sujet. Embarassed
avatar
Bettina

Messages : 35
Date d'inscription : 12/04/2008
Age : 31

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I Ching : la Rolls-Royce des méthodes divinatoires

Message  jeffe le Lun 14 Avr - 18:21

Oui, Bettina, c'est une sorte de paradox. Mais le monde n'est-il pas paradox. Ce qui ne veut pas dire qu'il faille l'accepter sans sourcillier.
Et ce n'est pas si hors sujet que cela. Puisque si cette science divinatoire était ce qu'elle prétend, n'aurait-elle pas dû éviter ce que tu décris ?

Ce qui m'a interressé dans ce texte, c'est la suggestion d'une approche "quantique" des "futures possibles".
avatar
jeffe

Messages : 581
Date d'inscription : 16/03/2008
Age : 59

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

yin king

Message  isabelle le Lun 14 Avr - 18:49

J'aime le yin king car il fait appel à l'inconscient, et c'est aussi le fruit du hasard. Est-ce que le hasard existe....Je qualifierais la sagesse comme un équilibre, être recentrer , n'etre dépendant de rien, dur combat de tous les jours , être libre .
avatar
isabelle

Messages : 9
Date d'inscription : 11/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I Ching : la Rolls-Royce des méthodes divinatoires

Message  Bettina le Mar 15 Avr - 0:31

Oui, Jeffe : le monde est paradoxale, c'est déroutant et pourtant, parfois, c'est ce qui fait sa beauté. L'être humain est aussi fait de paradoxe... Ta question est judicieuse.

J'en avais une autre : si le bouddhisme et toutes les religions ou philosophies du même genre, était le propre de la sagesse et de la paix intérieur, l'équilibre avec le monde, l'Asie ne serait-il pas le berceau du respect des Droits de l'Humain et le respect de la vie animale ?

Isabelle, je n'ai pas la même conception de la sagesse.

Est-il sage de n'être dépendant de rien ? Comment est-ce possible ? Est-ce même souhaitable ? Etre dépendant de rien, c'est aussi dire qu'on ne tient à rien et donc aussi à personne ?

Si c'est cela la sagesse alors cela peut expliquer le peu de valeur que semble avoir la vie dans cette partie du monde détentrice de sagesse (notamment par les dirigeants)...

Etre libre ? La liberté suppose des devoirs... on ne peut être libre que si on sait assumer ses devoirs. Car toute liberté à sa limite, voir ses limites.

Avoir la liberté de parler, de s'exprimer, implique-t-il la liberté de diffamer ? Avoir la liberté de sa sexualité, implique-t-il la liberté d'avoir des relations sexuelles avec une personne non consentente ou un enfant ? Avoir la liberté de conscience, implique-t-il d'avoir la liberté d'imposer sa conscience à d'autres ? ... ... ...

Si les réponses sont négatives, nous sommes donc dépendant de l'autre, dépendant de limites. Si les réponses sont positives, nous sommes donc dépendant de notre propre liberté, de notre incapacité de nous maitriser nous-mêmes.

Je n'aurais donc pas la même définition de la sagesse que toi...
avatar
Bettina

Messages : 35
Date d'inscription : 12/04/2008
Age : 31

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

sagesse

Message  isabelle le Mar 15 Avr - 9:54

le sage possède en lui la paix intérieure dont il peut avancé tranquillement , en harmonie avec lui etre recentrer, et agir pour son bien et le bien des autres, de la nature aussi cela va de soi. Je disais n'etre dépendant de rien c'est une démarche individuelle , être libre , aucune accoutumence (alccool, drogue, sexe,tabac,bouffe ) pour moi c'est une forme de sagesse.La dépendancece réduit en esclave.Le sage avance en homme libre, il me semble.Si l'homme avait été sage et si intelligent ns n'en saurions pas là, mais au profit de la puissance et du dieu argent ns avons pourrie et ns continuons à le faire , il me semble que l'humanité n'est pas près de changer il faudrait , laver les mémoires ancestrales des humains mais je ne perds pas espoir il y a des personnes qui agissent, ce qui me fait chier c'est que les plus faibles, soit laissés de coté.
avatar
isabelle

Messages : 9
Date d'inscription : 11/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I Ching : la Rolls-Royce des méthodes divinatoires

Message  jeffe le Mar 15 Avr - 12:37

La sagesse (je l'ai lu jadis quelque part) c'est courir en tenant un bol d'eau plein à ras-bord sans en renverser une goute. (ce n'ai pas une définition mais une image. je pense. Chacun y trouvera ce qu'il veut).
Etre un sage dans une grotte au sommet d'une montagne n'apportera rien au monde. Ce ne peut être tout au plus qu'une étape.
La vraie sagesse se tient là où il n'y a pas de sagesse. La sagesse se tient là où il y a misère, guerre. Car elle est elle-même misère, guerre, mais sans renverser une goutte...
avatar
jeffe

Messages : 581
Date d'inscription : 16/03/2008
Age : 59

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

discours prononcé par Nelson Mandela

Message  jeffe le Mar 15 Avr - 12:43

Extrait du discours prononcé par Nelson Mandela lors de son intronisation à la présidence de la République de
l’Afrique du Sud, 1994 (écrit par une femme : Marianne Williamson).



« Notre peur la plus profonde n’est pas que nous ne soyons pas à la hauteur,
Notre peur la plus profonde est que nous sommes puissants au delà de toute limite,

C’est notre propre lumière et non pas notre obscurité qui nous effraie le plus.

Nous nous posons la question : “ Qui suis-je, moi, pour être brillant, talentueux et merveilleux ? ”

En fait, qui êtes-vous pour ne pas l’être ?

Vous êtes un enfant de Dieu. Vous restreindre et vivre petit ne rends pas service au monde,
L’illumination n’est pas de vous rétrécir pour éviter d’insécuriser les autres,

Nous sommes nés pour rendre manifeste la gloire de Dieu qui est en nous.
Elle ne se trouve pas seulement chez quelques élus :
elle est en chacun de
nous, et au fur et à mesure que nous laissons briller notre propre lumière,
nous donnons inconsciemment aux autres la permission de faire
de même.

En nous libérant de notre propre peur, notre présence libère automatiquement les autres... »


Dernière édition par jeffe le Mar 29 Avr - 13:09, édité 1 fois
avatar
jeffe

Messages : 581
Date d'inscription : 16/03/2008
Age : 59

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I Ching : la Rolls-Royce des méthodes divinatoires

Message  Bettina le Mar 15 Avr - 18:23

Isabelle, je n’ai pas la même philosophie de vie que toi, ta conception de la sagesse et de la vie, ne me convient pas.
Tu dis :
isabelle a écrit:J'aime le yin king car il fait appel à l'inconscient, et c'est aussi le fruit du hasard. Est-ce que le hasard existe…
Je n’aime ni la conception du Hasard, ni la conception du Destin. Pour moi, toute action ou inaction amène une conséquence. Et cette conséquence bonne ou mauvaise, n’est ni le fruit du hasard, ni le fruit du destin, mais seulement la résultante de paramètres, d’un bon ou mauvais calcul, d’une bonne ou mauvaise réflexion. Dans le hasard, comme dans le destin, il y a une notion de fatalité, quelque chose contre la quelle nous ne pourrions rien. C’est faux, pour moi, on peut toujours, il faut seulement se donner les moyens.
Exemple, quand il y a des inondations, on parle de catastrophes naturelles. Pourtant, cette catastrophe est tout sauf naturelle, mais seulement la résultante de la déforestation, des barrages, des hommes ayant construit trop près de zone inondable, ou ayant détourné le cours d’une rivière…
Quand aux Antilles (en Martinique), le volcan de la Montagne pelée entre en éruption, détruit Saint-Pierre et tous ses habitants, ses morts ne sont pas le fruit du hasard, ni du destin. Ils sont la résultante d’une prise de position ; il y avait les élections, on ne voulait pas les remettre à plus tard, pas perdre de l’argent et on pensait avoir le temps… Cette catastrophe naturelle, l’explosion du volcan était inévitable, les conséquences (les pertes humaines) étaient évitables, elles sont le résultat d’une prise de position. Il n’y avait pas de fatalité.
Si tu as une casserole avec de l’eau bouillante, et que tu laisses le manche vers l’extérieur de la gazinière, c’est-à-dire accessible à un enfant. Si ton enfant fait tomber la casserole d’eau bouillante sur lui, ce n’était ni son destin d’être brûlée, ni le hasard qui fait qu’il s’est retrouvé là au mauvais moment pour se brûler. Cet accident est la résultante de ta négligence et ta négligence est payée par un tiers (l’enfant). Mais il n’y avait pas de fatalité. Si tu avais le manche vers l’intérieur, l’enfant n’aurait pas pu accéder à la casserole.
Si je me fais écraser par un automobiliste soul, ce n’était pas la fatalité. Ce n’était ni le hasard, ni le destin. C’était la résultante de l’action de l’automobiliste, action qu’il pouvait ne pas produire. J’ai payé les conséquences de son action.
La plupart des choses dans la vie se produisent ainsi. On dit souvent : hasard, destin donc fatalité. Mais non, il s’agit seulement de la conséquence d’une action ou d’une inaction.
Tu dis :
Je qualifierais la sagesse comme un équilibre, être recentrer , n'être dépendant de rien, dur combat de tous les jours , être libre .
Je n’appelle pas ça de la sagesse, mais de l’égocentrisme. Nous sommes toujours dépendants de quelque chose. Ne serait-ce que de l’air ou de l’eau. Nous ne pouvons vivre sans air et sans eau. Nous sommes donc esclaves de l’air et de l’eau. On ne devient pas sage en n’étant plus dépendant de l’eau ou de l’air, on devient mort.
Et c’est d’ailleurs à cela que me fait penser cette notion de sagesse asiatique et la tienne, ça me fait penser à la mort, car il y a une espèce de résignation dans ce que tu dis. Et la résignation, pour moi, c’est le début de la mort, en tout cas de la non vie.
Tu rectifies en disant
le sage possède en lui la paix intérieure
j’ai envie de te demander qu’est-ce qu’un sage ?
dont il peut avancé tranquillement , en harmonie avec lui etre recentrer, et agir pour son bien et le bien des autres, de la nature aussi cela va de soi.
Non, ça ne va pas de soi. Si on est recentré sur nous-mêmes et que nous agissons pour notre bien, notre bien n’est pas forcément le bien de l’autre ou de la nature. C’est peut-être même en opposition.
Jeffe parle de Nelson Mandela. Si Nelson Mandela avait agit pour son bien, il n’aurait pas passé la quasi-totalité de son existence derrière les barreaux.
Si Martin Luther King avait agit pour son bien, il n’aurait pas été assassiné.
Si l’abbé Pierre avait agit pour son bien, il aurait pu vivre de manière aisé et ne pas se préoccupé du sort des autres.
Agir pour son bien, être recentrer sur soi, c’est exactement ça la philosophie de Bouddha.
Selon la tradition, le prince Bouddha commence sa quête de l’Éveil à l’âge de vingt-neuf ans, après avoir rencontré successivement un vieil homme, un malade et un cadavre, et avoir réalisé soudainement que la souffrance et la mort sont le lot commun de l’humanité.

Ayant fait la connaissance d’un moine mendiant calme et serein, il décide d’abandonner famille, richesses et pouvoir pour rechercher la vérité à l’exemple de cet homme. Les bouddhistes appellent cette décision la Grande Renonciation.

Et c’est cela la sagesse ?

La sagesse pour moi aurait été d’utiliser sa richesse et son intelligence pour aider le vieil homme, soigner le malade, enterrer le cadavre…

Qu’est-ce que le fait de se recentrer, de méditer, de faire preuve de renonciation à fait ? Oui Bouddha a agit pour son bien. Mais son bien a-t-il empêché le vieil homme de se retrouver seul ? Son bien a-t-il permis au malade de guérir ? Son bien a-t-il permis au cadavre d’avoir une sépulture ? Son bien a-t-il permis au mendiant d’avoir les moyens de ne plus mendier ?

Voilà d’où vient la sagesse asiatique… c’est une sagesse inerte, inactive. Qui n’apporte rien. Voilà pourquoi cette sagesse plus vielle que le christianisme ou que l’islam, n’a pas permis à ces nations possédant cette sagesse d’avoir inventé une certaine forme de démocratie, de droits humains, de respect de la vie…

Je disais n'être dépendant de rien c'est une démarche individuelle , être libre , aucune accoutumence (alccool, drogue, sexe,tabac,bouffe ) pour moi c'est une forme de sagesse.
Alors la plus grande partie du monde est sage, parce que l’alcoolisme, la drogue, le tabac, l’anorexie, la boulimie, et les pulsions sexuelles incontrôlables, ne concernent pas les plus de 6 milliards d’habitants…
Pour autant, je ne trouve pas le monde sage. Étrange.
Je serais donc sage parce que je n’ai pas de problème d’accoutumance à l’alcool, que je n’ai jamais touché à la drogue, au tabac, que je n’ai pas de problème avec le sexe ou la nourriture ?
Des milliards de gens sont dans ce cas.
Nous sommes toujours dépendants de quelque chose ou de quelqu’un, de notre conception à notre mort. A notre conception, nous sommes dépendants de la personne qui devrait nous mettre au monde ou non. A notre naissance, nous sommes dépendants de ceux qui nous entourent pour manger, pour boire, pour l’affection… Et grandir, ou devenir adulte, ne change rien. Sans affection, nous ne sommes rien.
Être recentré sur soi-même, être indépendant de tout, ce n’est plus vivre avec les autres, mais tout au plus à côté des autres.
La dépendancece réduit en esclave.
Il y a pourtant des dépendances dont on ne peut se défaire : l’eau, l’air, la pesanteur, et on dépendant toujours les uns des autres. L’action de l’un influe forcément sur la vie de l’autre.
Comme lorsque l’on prend la décision de boire de l’alcool et de prendre le volant ivre, on influe sur la vie de ceux qui vont croiser notre chemin.
Nous sommes des êtres sociables, c’est cela l’humanité, être interdépendant les uns des autres. et l’humanité c’est apprendre à vivre avec les autres, pas apprendre à vivre à côté des autres !
De plus ça me gêne ce que tu dis, parce que les handicapés sont dépendants de leur environnement voir même des autres, et sont-ils donc condamnés à ne pas posséder de sagesse ? Ou à être réduit en esclavage ?
Idem pour les enfants ?
Le sage avance en homme libre, il me semble.
Bouddha détenteur de sagesse avançait en homme mort, pour moi. Parce qu’il ne vivait plus, ayant renoncé à tout ce qui fait la vie. Et c’est ce qu’il me semble entendre quand je lis ce détachement qu’il y a dans ta conception de la sagesse.
Si l'homme avait été sage et si intelligent ns n'en saurions pas là, mais au profit de la puissance et du dieu argent ns avons pourrie et ns continuons à le faire
Pourtant, c’est la sagesse que tu décris qui me semble à moi que nous en sommes là. Si l’Homme était sage (intelligent, l’être humain l’est), ou plutôt si l’Homme était raisonnable, il serait que l’Homme n’est Homme que parce que l’Humanité existe et que l’Humanité n’existe que parce qu’il y a la femme et l’homme, les femmes et les hommes. Un Homme (Humain) seul ne fait pas l’humanité.
Ce n’est pas l’argent, ni la puissance qui pourrie la vie. Mais ce que nous faisons de notre puissance et de l’argent. L’argent n’a pas toujours existé. Lorsqu’on faisait du troc, on pouvait aussi affamer l’autre.
Je prends l’exemple d’un parent, il est tout puissant par rapport au bébé. Cette puissance, il peut l’utiliser pour le bien du bébé. Il peut aussi utiliser cette puissance pour faire du mal au bébé, voir le tuer.
Ce n’est pas la puissance ou l’argent le problème, mais ce qu’on en fait. C’est comme un couteau. On peut s’en servir pour couper une viande, ou pour tuer quelqu’un. Ce n’est pas le couteau le problème, mais l’être qui tient le couteau.
il me semble que l'humanité n'est pas près de changer il faudrait
Une chose est certaine pour moi, ce n’est pas avec la sagesse asiatique que l’humanité changera.
Ni avec la fatalité : tant que nous aurions cette conception pour les uns de penser au Hasard et les autres de penser au Destin, nous ne pourrons avancés vers un mieux.
laver les mémoires ancestrales des humains mais je ne perds pas espoir il y a des personnes qui agissent, ce qui me fait chier c'est que les plus faibles, soit laissés de coté.
Je crois que c’est par l’éducation, l’enseignement… que nous pouvons également faire changer les choses. Mais aussi par notre façon d’éduquer nos enfants…


Dernière édition par Bettina le Mar 15 Avr - 18:40, édité 1 fois
avatar
Bettina

Messages : 35
Date d'inscription : 12/04/2008
Age : 31

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I Ching : la Rolls-Royce des méthodes divinatoires

Message  Bettina le Mar 15 Avr - 18:30

jeffe a écrit:Extrait du discours prononcé par Nelson Mandela
Spoiler:
lors de son intronisation à la présidence de la République de l’Afrique du Sud, 1994 (écrit par une femme : Marianne Williamson).


« Notre peur la plus profonde n’est pas que nous ne soyons pas à la hauteur,
Notre peur la plus profonde est que nous sommes puissants au delà de toute limite,

C’est notre propre lumière et non pas notre obscurité qui nous effraie le plus.

Nous nous posons la question : “ Qui suis-je, moi, pour être brillant, talentueux et merveilleux ? ”

En fait, qui êtes-vous pour ne pas l’être ?

Vous êtes un enfant de Dieu. Vous restreindre et vivre petit ne rends pas service au monde,
L’illumination n’est pas de vous rétrécir pour éviter d’insécuriser les autres,

Nous sommes nés pour rendre manifeste la gloire de Dieu qui est en nous.
Elle ne se trouve pas seulement chez quelques élus :
elle est en chacun de
nous, et au fur et à mesure que nous laissons briller notre propre lumière,
nous donnons inconsciemment aux autres la permission de faire
de même.

En nous libérant de notre propre peur, notre présence libère automatiquement les autres... »
J'admire cet homme avec d'autres comme Martin Luther King... Je trouve que ces deux hommes se ressemblent sur bien des points dans leur conception de la vie.

Ce sont le genre d'humain qui nous font encore croire à l'humanité...
avatar
Bettina

Messages : 35
Date d'inscription : 12/04/2008
Age : 31

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

bettina

Message  isabelle le Sam 26 Avr - 15:02

Je ne pense pas qu'être recentrer c'est etre centrer sur son nombril, mais le contraire d'éparpiller de se perdre et lorsque l'on est mieux avec soi même on peut mieux donner aux autres. De plus je parlais du hasard et du pouvoir de l'inconscient pour le yin kin,mais c'est juste une aide à certains momment et tu peux très bien ne pas te laisser influencer par ses tirages, bien entendu que ns avons notre destinée entre les mains, les choix de faire ceci ou cela, et pour ce qui est de la mémmoire ancestrales bien sur qu'il faut éduquer ses enfants.Bien sur que l'on dépend de l'eau, de l'oxygène etc etc . C'est bien de débattre toujours et tjrs, mais les actes c'est mieux que les débats,et puis continuer à lutter parfois c'est difficile de ne pas baisser les bras, nous ne naissons pas tous égaux, alors que les plus forts et les plus intelligents aident les plus faibles pour un monde meilleur.Belle journée, mon pied de tomate et mon olivier poussent mes fleurs aussi sur mon mini balcon, les oiseaux que j'ai nourrit cet hiver viennent me chanter lé sérénade du pur bonheur.bizzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz
avatar
isabelle

Messages : 9
Date d'inscription : 11/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I Ching : la Rolls-Royce des méthodes divinatoires

Message  Bettina le Mar 29 Avr - 0:50

D'ac Isa. : intéressante philosophie de vie...

C'est étonnant comment on peut ne pas avoir la même compréhension des mêmes mots ...

Mais bon, là, ta dernière explication me va mieux.

Mais je reste convaincu que la "sagesse" asiatique n'est pas sage pour le bien de l'Humanité.

Mais nous sommes d'accord (je pense, enfin c'est ce que je lis dans ton dernier message, rectifie moi si ce n'est pas ce que tu voulais dire), il est important d'être bien avec soi-même pour pouvoir être bien avec les autres, de s'aimer soi-même pour aimer les autres... En règle général, les gens qui maltraitent les autres sont des gens qui manquent souvent de confiance, d'amour d'eux-mêmes ... Quelqu'un qui s'auto-détruit (drogue, alcool, suicidaire, anorexie, boulimie...) ne peut pas "bâtir" quelqu'un d'autre...

Pour les actes, mieux que les débats, je pense qu'il y a un temps pour tout : un temps pour parler et un temps pour agir. Je pense qu'agir sans avoir mûrement réfléchit, comprendre le pour et le contre d'une action (même bonne) peut apporter des complications... et détruire l'objectif qui au départ était louable.

Je prends un exemple médiatique qui me vient à l'esprit avec l'affaire de l'arche de zoé.

Je crois que j'aurais pu être comme ces illuminés (les membres de l'arche, ou ceux qui voulaient accueilllir les enfants) : sauver les enfants du Darfour. J'aurais été partante, quitte même à ne pas tenir compte des lois internationales ... après tout avec leur diplomatie : des gens sont massacrés ...

Donc j'aurais agit... mais je n'aurais pas assez réfléchit sur le bien fondé de cette mission... Et puis n'aurait-il mieux pas vallut faire une école là-bas etc.

C'est comme dernièrement avec une amie, nous discutions sur les femmes "girafes" tu vois de quoi je parle ?

Il n'y a pas longtemps j'ai vraiment compris à quoi servais ces anneaux autour du coup .... encore une domination des hommes sur les femmes ...

Et je me disais, avec une éducation à la base (enfant = garçon et fille), en empêchant ce que je considérais comme une maltraitance à la femme, on pourrait lutter contre cette domination patriarcale et contre ce que j'estimais être une maltraitance.

En discutant donc, en débattant, je me suis rendue compte que si cela se faisait, on détruisait aussi une civilisation, une culture...

C'est compliqué parfois d'agir...

Et je pense que pour agir il faut savoir au nom de quoi on agit, quel est notre but, jusqu'où on peut aller, où il faut s'arrêter, quels moyens on peut accepter d'utiliser et ceux qu'on refuse de prendre...

Mais dans l'absolu, là maintenant, je peux dire que je suis d'accord avec ce que tu dis (dans ce dernier message)...

Bise
avatar
Bettina

Messages : 35
Date d'inscription : 12/04/2008
Age : 31

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I Ching : la Rolls-Royce des méthodes divinatoires

Message  jeffe le Mar 29 Avr - 0:53

:-))
avatar
jeffe

Messages : 581
Date d'inscription : 16/03/2008
Age : 59

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I Ching : la Rolls-Royce des méthodes divinatoires

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum